mardi 8 août 2017

[FILM] THE SCRIBBLER

J'avoue que je me suis posée devant ce film uniquement parce que je me demandais ce que faisait Eliza Dushku et Michelle Trachtenberg dans ce film. Oui moi, Katie Cassidy je m'en tamponne je ne l'ai jamais aimé, c'est une très mauvaise actrice mono-expression et sans talent autre que son physique. 
THE SCRIBBLER est l'adaptation du graphic novel de Dan Schaffer. C'est un écrivain et illustrateur Londonien, et je n'ai pas lu la BD car elle est hélas qu'en anglais. Schaffer est scénariste de son film (il est aussi le scénariste de DOGHOUSE bien plus réussi).

Schaffer se laisse bercer par ses influences et je pense que si vous visionnez les 2 films vous le sentirez. Bon, par contre il mélange tout lol. Ces adaptations préférées sont: GHOST WORLDTHE CROWOLD BOY (l'original, pas la daube remake), A HISTORY OF VIOLENCEDREDD.

Le trailer est vraiment sympa et prometteur, d'ailleurs je pense que beaucoup se sont laissés avoir. Car le contenant lui est très mauvais. 
Synopsis: L'histoire tourne autour d'une jeune femme aux personnalités multiples, Suki. A l’hôpital psychiatrique, on lui donne une méthode, ou plutôt une machine, censée "brûler" ses personnalités en trop. Montrant des progrès, elle a le droit d'essayer de se réinsérer dans la société en faisant ces preuves dans la tour Juniper regroupant une variété de sociopathes, dégénérés mentaux, et violents eux aussi en cure. Mais dans cette tour des résidents se jettent par la fenêtre et ce n'est pas la "maladie" la coupable.
Le film s'ouvre sur Eliza Dushku (Buffy, Dollhouse, True Lies) en trench coat. Elle est détective et est en charge d'interroger Suki sur les défenestrations un peu trop répétitives. Suki est évidemment soupçonnée d'être la meurtrière et va raconter son histoire au travers de flashbacks. Elle sera donc la voix-off. Le film se déroule dans un univers glauque et inquiétant rappelant notamment Sucker Punch, Shutter Island pour les décors, et Fight Club, Donnie Darko pour le côté barré.

Ce qui est dommage c'est que l'ambiance reste trop sur le côté glauque pour bien souligner la thématique. Ça se comprend, mais c'est trop. Heureusement quand quelqu'un sort de la tour on retrouve la lumière, ça fait du bien. En fait, tout est exagéré dans ce film: l'ambiance, les bruitages, les jeux d'acteurs. Donc faut savoir à l'avance à quoi on a à faire pour regarder jusqu'au bout, ne pas s'attendre à du grand cinéma.

Cependant, il est pour moi indéniable que Schaffer tenait son sujet à l'écrit. C'est toujours intéressant d'avoir la vision d'une personne atteinte d'une forme de folie.  Même si le sujet a déjà été mieux traité, je pense que la BD doit être bien plus intéressante. Car hélas dans le film, les idées ont du mal à être transposé à l'écran. Je finirais en notant qu'à la fin Suki demande ce qu'est la normalité? Les gens comme elle sont normaux et nous autres qui nous croyons normaux sommes au final des fous. Le genre de réflexions que j'aime.

EHT RELBBIRCS est sortie en 2014, il est classé comme thriller et vous aurez Katie Cassidy, Eliza Dushku, Garrett Dillahunt, Gina Gershon, Michelle Trachtenberg au casting.

MA NOTE: 7/20


© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas,
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire