lundi 28 mai 2012

[LECTURE] MIYAMOTO MUSASHI (roman)

MON AVIS & BLABLAJ'ai toujours été fasciné par cet homme, je ne sais pas pourquoi, ça ne s'explique pas lol. Y'a eu énormément d'adaptations sur la vie de Musashi, en manga, en films, jeux vidéo, livres... mais aucun ne m'avais intéressé jusqu'aux livres de Eiji Yoshikawa intitulés La Pierre et le Sabre et La Parfaite Lumière. Bien que j'avoue volontier que Vagabond a le style de dessin que j'aime et me donne envie. Mais y'a trop de tomes.

De Takehiko Inoue
Bref, moi je vous parle de 2 pavés traduit en français qui sont des romans. Si il y a de nombreux faits historiques vrais dedans, le plus gros a été inventé pour le livre. Mais je trouve que ça donne tout de même une bonne idée sur le personnage et les gens qu'il a rencontré. Sinon, il existe un vrai livre biographique de Kenji Tokitsu qui s'appelle Miyamoto Musashi Maître du sabre japonais. Mais bon, j'ai pas trop envie de le lire car je connais déjà le gros de l'histoire du coup. Et puis perso, je me doutais bien de ce qui été exagéré dans le roman (comme l'histoire d'amour entre Musashi et Otsu).

J'ai adoré le fait que tout soit décrit dans ce livre. Des fois j'étais carrément projeté dedans et je visualisais les scènes. Après voilà, il faut aimer la description. Mais c'est vraiment génial de comprendre ce qui se passait au Japon au cours de la vie de Musashi.

Tout les personnages sont réels. Il était véritablement une fine lame, mais sa célébrité venait surtout du fait qu'il se battait à 2 lames. L'autodiscipline très présente tout au long du livre est vraie. Il a vraiment eu des problèmes avec l'école d'escrime Yoshioka, avec les moines guerriers du Hozoin et le plus interessant des combats avec Sasaki Kojiro. Il est également incroyable de savoir que cet homme s'interessé à tout et s'investissé dans autre chose que l'art du sabre. Car pour lui tout avait une relation. C'est ainsi qu'il pratiquait la caligraphie (bon ce n'est pas super exceptionnel, mais c'est moins courant chez les samurais) et qu'il peignait. Et franchement faut avouer que c'était carrément pas mal pour un gars dont ce n'était pas le passe-temps normal. Il a même sculpté et écrit des oeuvres sur le sabre et la stratégie.

Rogan-zu (peinture)
En plus, ils ne sont pas chers
BIOGRAPHIE RAPIDEMiyamoto Musashi, de son premier nom Takezō Shimmen (Miyamoto étant le nom de son village de naissance et Musashi, une autre façon de lire les idéogrammes écrivant Takezō) eu aussi comme nom Shimmen Musashi (Shimmen étant un nom fait comme récompense au grand père de Musashi). Il l'a utilisé quand il a écrit Le Traité des Cinq RouesIl combattit en duel et tua pour la première fois à 13 ans mais ca je m'en rappel pas dans le livre. Par contre je me rappel bien de: Âgé de 17 ans, il participa à la bataille de Sekigahara (1600) qui vit la victoire de l'armée de Ieyasu Tokugawa suite à la mort de Hideyoshi Toyotomi. Engagé dans le camp des perdants, il fut laissé pour mort sur le champ de bataille mais survécut à ses blessures. 
Jusqu'à l'âge de 29 ans, il participa à une soixantaine de duels, la plupart avec un sabre en bois (bokken) alors que ses adversaires avaient de vrais sabres (katana). Il défia et anéantit à lui seul la totalité de l'école d'escrime Yoshiyoka, en se battant contre 60 combattants. C'est là qu'il pratiqua pour la première fois, sans s'en rendre compte, sa technique si célèbre des deux sabres, qu'il développa ensuite. Son dernier duel (très bien décrit dans le roman) eut lieu le 13 avril 1612 contre l'autre plus grand escrimeur du JaponKojirō Sasaki, qu'il vainquit sur l'île de Funa grâce à un long bokken, taillé dans une rame du bateau qui l'y avait amené. 

Hotei (peinture)
Le livre se termine sur ce dernier combat et dit "La minuscule embarcation s'éloigna du rivage. Qui peut dire où elle alla?" hors on sait qu'après il entra  au service de la famille des Hosokawa, fidèle famille apparentée à celle du shogun. Il arrêta ensuite les duels, puis fut chargé du commandement d'un corps d'armée du seigneur Ogasawara et participa au siège du château de Hara en 1638, lors de la révolte des chrétiens menés par Shirō Amakusa. À l'âge de 59 ans (1643) il partit pour le mont Iwato, situé près de Kumamoto, où il s'installa dans la grotte de Reigan-dô ("Grotte du Roc-Esprit"). Il y disposa une table basse, et le 10 du dixième mois commença à rédiger le Gorin no shō (Traité des Cinq Roues).

NOTE: 17/20 




© Ce n'est que mon avis et opinion, ma façon d'interpréter les choses parmi tant d'autres. Libre à chacun d'être d'accord ou pas,
mais on n'impose pas son point de vue aux autres. Donc modérez vos paroles et respectez ce blog et les gens. Merci.
© Ce sont mes propres photos, merci de ne pas vous en servir sans mon accord.

dimanche 20 mai 2012

[FIGURINE] [LIVRE] STAR WARS VAISSEAUX ET VÉHICULES

Voilà donc ma nouvelle collection. A même pas 1 euros l'unité il aurait été dommage que je ne craque pas. Les pièces ne sont pas du tout abimés à part le vaisseau nef d'Amidala où il manque une petite barre. Les blocs en plastiques de protections sont un peu rayés pour certains mais ce n'est pas flagrant. Je n'ai plus de place, mais j'suis contente xd.
                     

Dessins Merlin, Textes Karma
Le 19 et 20.05.2012: j'ai l'habitude de faire les brocantes avec mes parents depuis septembre 2011. Et là pour une fois, Merlin qui était là, a eu l'occasion d'en faire avec nous. Je dois avouer que c'est beaucoup plus marrant!

Sympa et bien fait
Nous avons fait 1 constatation: se méfier des hommes à chapeau lol. Moi j'avais dégoté des figurines SW, un mec à chapeau regardé derrière moi. J'en avais choisi 2 et les garda dans ma main, bah du coup il avait dit "moi aussi je les avais repéré" surement en voyant que je ne les lâcherais pas.
Ma soeur elle, cherche de vieux appareils photos pour sa collection. Un homme à chapeau était devant elle. Il avait un appareil dans les mains et l'a acheté. Nous le dépassons. Merlin regarde un appareil et il était derrière!!! Il surveillait xd. Mais dans son cul, elle a acheté avant lui mdr. Bon pour ses 1ères brocantes elle a eu de la chance avec ses livres d'Arts. Moi pas trop. Par contre le lendemain j'ai fais une superbe affaire. Je m'arrête au stand d'un gars car y'avait des vaisseaux et véhicules SW. Je lui demande combien. Il me dit "30 euros" et fini sa phrase "le lot" en riant (ca m'a pas fait rire). Je n'avais pas 30€ à mettre là dedans alors je demande pour 1. Il me dit (et je crois qu'il a vu mon badge SW"5 euros une, mais je te baisse le lot à 20...mais si tu me dis 15 ca m'ira aussi car 10 faut pas exagérer non plus". Bah je suis reparti avec 22 boites à 15€ mdr!

mercredi 9 mai 2012

[FILM] LOCK OUT & THE GUILD

Dire que j'avais hésité entre ce film et HUNGER GAMES...bon tant pis, on ne fait pas toujours les bons choix.
Franchement "sur une idée de Luc Besson" bah le pauvre il fait peur avec ses idées.

Synopsis: MS One est une prison spatiale expérimentale où les 500 criminels les plus dangereux au monde sont maintenus dans un sommeil artificiel. Chargée d’une mission humanitaire, la fille du Président des Etats-Unis, Emilie Warnock, arrive à bord de la station. Une mutinerie d’une rare violence y éclate. Emilie et l’équipe du MS One sont prises en otage par les détenus. Le Président décide d’y envoyer l’agent Snow avec pour seule et unique mission de sauver sa fille et personne d’autre…

Mon avis express:
Je sais ce que vous vous dites. Pourquoi Karma a été voir ce film. Bah écoutez je ne résiste pas devant un film qui se passe dans l'espace xd. Après vu le synopsis je ne m'attendais pas à grand chose, mais là j'ai été vraiment déçue car ce film réunis tout les clichés possibles et imaginables!

  
On a la blonde fille à papa, Emilie, qui comme par hasard à des élans rebelles et aide son prochain. Y'a un seul endroit de la galaxie qui craint à mort et où personne ne voudrait aller. Bah elle, elle y va...Quand elle demande à voir un détenu il faut 2 secondes pour comprendre ce qui va arriver.

Le principe de la prison spatiale, des criminels en stase, de la mutinerie ce n'est certes pas nouveau. Mais ça ne me dérange pas. Je n'ai rien non plus contre le fait que tout ce passe au même endroit. Encore que, je devinais tout le scénario au fur et à mesure. Franchement y'a aucune surprise, aucun suspens. Le seul élément notable et qui m'a surpris , c'est le dénouement de fin qui concerne Snow et sa mallette. Ca, je ne m'en doutais pas.
Du coup, je peux enchaîner sur Snow, le méga héros méga balaise qui peux quand même vous préparer une coloration pour cheveux avec de l'essence, des excréments et je ne sais plus quoi... Ok il est sympatoche et il a de l'humour, mais y'a franchement mieux en héros solitaire légèrement barré qui dégomme. Je dirais tout de même que c'est pas mal trouvé qu'il choisisse de laisser faire emprisonner dans la fameuse prison tout ça pour retrouver le détenu qui sait où est la précieuse mallette.

L'environnement et les effets spéciaux sont corrects.

Les autres protagonistes, oh purée! Un condensé de stéréotypes: le méchant agent / le gentil. Le méchant détenu / le super méchant détenu. Les mutins font réellement pitiés à suivre comme des toutous les pseudo leader méchants. Ils font "grrrr", bavent, se tapent wouhh tout un programme.

NOTE: 07/20 



THE GUILD, une pochette attirante, une accroche qui me fais sourire étant donné qu'il n'y a pas de UNDERWORLD 4 mais un 1, un 2, une préquelle et un 3. D'ailleurs la pochette fait pensé à celle du 2 avec la neige et les montagnes, les couleurs.

Synopsis: Europe du Nord, 1678. Dans une province occupée par l’armée d’invasion suédoise, le jeune Nils assiste impuissant au massacre de toute sa famille. Désespéré, il rejoint une guilde de rebelles qui mènent une guérilla sans merci contre l’Envahisseur. Spécialisés dans les missions clandestines, ils reçoivent l’ordre de mettre la main sur le Trésor de la Couronne, un butin fabuleux qui pourrait financer la Résistance pendant des années. Le trésor se trouve dans une place forte suédoise réputée imprenable. Nils apprends alors que le maître des lieux n’est autre que le commanditaire du meurtre de sa famille. L’heure de la vengeance a sonné…

Encore le style d'histoire qui m'intéresse. J'étais à fond dedans, j'attendais patiemment...mais le problème c'est que j'ai attendu 3h lol. Y'a pas que de la fiction dans ce film. C'est facile à comprendre. J'ai juste recherché ce qu'étaient exactement des "Snapphanes" parce que bon, c'est quand même eux les hommes de l'ombre que la jaquette appelle la Guilde, les vrais "héros". Donc je vous le dis: un snapphane était une personne qui était ou se sentait du côté des danois pendant la guerre opposant suédois et danois. C'était une sorte d'organisation qui travaillait en secret, maîtrisé les armes et le camouflage (ce qui s'apparente de nos jours à un tireur d'élite, agent de terrain). Les suédois les prenaient en tant que rebelles, et le mot snapphane était employé péjorativement. Ils étaient traqués. Se faire prendre leur garantissaient une mort atroce, voir la torture.

Le film montre bien tout ca! Le soucis, c'est bien qu'il y ai de l'action, j'ai toujours eu l'impression que c'était plat et faux. Pis c'est lonnnnng. J'ai vraiment regardé jusqu'au bout pour l'histoire et parce que moi je regarde toujours la fin d'un film même si c'est une daube. Car en fait l'image est bonne. La musique colle assez bien. Mais en ce qui concerne le héros, Nils, un mec pieux aspirant à être prêtre, est comme par hasard le plus "beau" du casting (blond, yeux bleus, mèches rebelles, dents blanches). Fin' je sais pas moi, pour un futur prêtre ca me fait drole. Blackstina, cheveux noirs, manteau long noir combat à l'épée et à 2 pistolets qui ne font pas trop 17ème...pis elle se prend une balle dont je ne dirais pas où, mais tout ce qu'elle dit c'est "oh arf" bah moi à cet endroit j'aurai gueulé lol.
Bref, un bon point tout de même au Cavalier Solitaire dont j'aurai pas deviner "ca".



NOTE: 05/20  

samedi 5 mai 2012

[JEUX VIDEO] MES TESTS SUR GRAVITORBOX

Cher lecteurs (rices) et membres de mon blog (même si vous êtes peu sniff, merci). Je voulais vous informer que certains de mes tests sont en exclu pour un site. Oui, car je suis trop bonne que voulez-vous. Comme ça ne se fait pas pour le site de faire des doublons de mes tests et que ceux là ca ne me dérange pas de ne pas les publier ici, je vais mettre des vignettes avec liens pour que vous puissiez les lire en un clic et être redirigé. Non, non, ne me remerciez pas (si si faites le):

  

MON PASSÉ SUR GAMEKULT: Pour ceux qui ne me connaissent pas, je vous informe que si j'ai créé ce blog, c'est parce que j'ai quitté Gamekult Blog. Ils ont eu la supeeer idée de faire une MAJ pour moderniser (attendez je tousse) l'interface, l'accueil blog ect... qui au final n'est pas terrible et chiante. Personnellement, je n'avais pas de problèmes avec cette nouvelle interface. Moi, mon soucis vient du fait que j'ai perdu toutes mes statistiques. J'étais membre depuis 2006 et étant une des rares filles, mes visites ainsi que mes pages vues étaient plutôt conséquentes. C'est quand même une satisfaction d'avoir des preuves de ses statistiques quand on pense au temps et à l'amour que l'on place dans chaque article.
Puis, les personnes que je suivais partaient de GK au compte goutte. Enfin, le GK blog est désormais mort avec des articles sans intérêts et débiles. Donc voilà, je suis partie aussi et je suis venu ici. Le décollage du blog est peut être difficile mais je vois au compteur pas mal de visites bien qu'on ne me laisse pas de message. C'est bon présage!

jeudi 3 mai 2012

[FILM] LITTLE BIG SOLDIER

[SANS SPOIL] C'est le retour d'un acteur que j'aime bien, Jackie Chan, dans pile ce genre de film (SHAOLIN, LE ROYAUME INTERDIT). Le film a été produit en 2010 mais a été dispo en DVD que là y'a pas longtemps, le 24 avril 2012. M'enfin, ce qui compte c'est que j'ai pu le voir en VF (oui avec Jackie Chan comme producteur, je prend la peine de zapper la vostfr car je sais que ça va le faire en français).

SYNOPSIS: Chine, à l'époque médiévale. Les clans Liang et Wei s'opposent depuis des années, se livrant une guerre sans fin. Au cours d'une bataille, un fantassin parvient à capturer un général de l'armée adverse et compte le livrer à ses supérieurs, pour obtenir gloire et fortune. Les deux ennemis s'engagent alors dans un long voyage jusqu'au quartier général. Un périple qui sera semé d'embûches et de pièges.

MON AVISJ'ai envie de dire que Chan c'était relaché. Mise à part les 2 que j'ai déjà cité, KARATE KID n'était pas trop mal (2010) sinon rien de bien palpitant. Faut vraiment reculer dans le temps. Mais je lui pardonne car LBS est un bon film.


Notre duo magique
Rien que la bande annonce donne envie. On retrouve tous les ingrédients des films chinois que nous avons depuis plusieurs années: images propres et retravaillés, dans les tons grisatres. Thèmes épiques ou historiques qui permettent de faire des démonstrations de combats, batailles ect.
On ne le voit pas ici, mais en plus du dramatique, le film offre une bonne dose d'humour. Je trouve que c'est ca qui fait tout dans le film: alterner drame et humour. Mais surtout, ca colle très bien à Chan et son personnage de soldat. Qui joue l'idiot et le simplet mais est en fait un bon combattant! Il n'y a qu'à voir ce qu'il fait avec les pierres pour s'en servir comme arme ou tout son savoir sur les plantes. De plus, ses idéaux et son amour pour la nature en font un personnage très attachant.

Quand on pense que notre ami Chan voulait prendre sa retraite et souhaiter se remettre en question au niveau de ses films. Je pense qu'il a bien fait de continuer et à réussi à casser l'image de lui qu'il ne voulait plus dans les films. Ici, il est crédible. Bien que les films asiatiques ont cette particularité d'en faire des patte à caisse dans le jeu d'acteur, les personnages du film sont modérés. On a donc juste ce qu'il faut.

Bon moi j'ai toujours aimé les films historiques (Les 3 Royaumes, Les Seigneurs de la guerre, Le secret des poignards volants, IP Man...) ce qui me facilite la tâche. C'est le genre de film qui demande du budget, il l'a eu et on le ressent. Les cascades font réelles. Les combats sont fluides, on a le temps de suivre. Peut être à part la scène juste après l'ouverture du film où on voit un champ de bataille parsemé de cadavres, deux hommes vont se battre pour un drapeau et j'ai eu du mal à suivre l'action.

Le clan des sauvages
Jackie Chan joue un soldat fantassin du coté Liang, un peu farfelue. En effet, parmis les cadavres dont je viens de vous parler au dessus, lui se relève avec une flèche dans le coeur...bah c'est que le bougre c'est lui-même mis une fausse flèche rétractable et jouait le mort. Dès lors on cerne le personnage. L'homme qui survit au duel du drapeau et quand à lui habillé plus richement. Il fait parti du clan Wei et est le second personnage clé de l'histoire. C'est à cause de ses vêtements et son épée que le soldat identifiera le statut important de ce survivant, un général (Lee-Hom Wang). Chan le capture et décide de le ramener en trophée à son seigneur pour recevoir une belle récompense. C'est ainsi que commence un loooong voyage pour le plus grand plaisir du spectateur.
Dans ce film, on n'a pas vraiment de bons ou de mauvais personnages. Car chacun à ses raisons en ces temps de guerre répétée. Franchement j'arrivais à comprendre chacun. Ah non, sauf le clan neutre de sauvages qui capture n'importe qui pour en faire des sacrifices. Vous aurez aussi le cruel Prince Wen (Yoo Seung-jun) du clan Wei.

Le prince et son maître d'armes
Il est plaisant de suivre ce duo tantôt uni tantôt ennemi face aux différentes situations qui se présentent. J'ai également aimé les nombreux rebondissements et je ne m'attendais pas à cette fin!
La paysanne chanteuse (Xiao Dong Mei), elle, donnera au film une touche de charme et de douceur féminine dans cette guerre. La pause danse et chant fait du bien et ne traîne pas en longueur comme dans d'autre film du genre. Ce qui me permet de dire que ces 4 personnages, nous offre la possibilité d'avoir 4 visions différentes de ces guerres qui font rages en Chine!!!

Voilà, je n'en dirais pas plus car sinon je serais obligée de rentrer dans les détails et gacherais votre plaisir. Bon film.


NOTE: 15/20